Coordination des Clients des Chemins de fer de Provence - "Faire de ce Train la fierté de la Provence !"
A LA UNEPOLITIQUEL'ASSISTANCELES HORAIRESPREMIERE VISITE
VIE QUOTIDIENNECONNAISSANCEENTRE-NOUSLE TOURISMEADHESIONS
EVENEMENTSDOSSIERSLE FORUMPROSPECTIVESDICO-CEPE
MODERNISATIONPARTENAIRESTEMOIGNAGESSTATISTIQUESLA BIBLIOTHEQUE
 Article Création de cette page le 27/06/06 Politique 


Plan de la ligne entre Nice te Plan-du-Var

PASSAGE DE FLAMBEAU

27/06/06
Le SYMA existe, je l’ai rencontré. Même si celui-ci pourra bientôt écrire en épitaphe « la Région m’a tuer ! » (avec la faute d’orthographe de rigueur), la réunion qui a eu lieu ce mardi 27 juin à 14 heures avec les associations a démontré qu’au moins cinq personnes travaillent chez le gestionnaire de la ligne des Chemins de fer de Provence.

AMBIANCE FIN DE REGNE
Cinq tâcherons, 28 élus : Pas de quoi s’étonner de quelques dysfonctionnements au SYMA. Mais peu importe : le 18 juillet prochain, la Régionalisation de la ligne sera signée. Début 2007, le Syma sera dissout (et dix sous, ça ne vaut pas plus !). Au revoir et merci les élus, qu’ils aillent faire se réélire ailleurs, on garde les 5 qui bossent pour une nouvelle structure, et la Région PACA gèrera seule la ligne avec, sans doute, Gérard Piel (actuel Président, vice-Président de la Région) à la tête dans un premier temps.

L’avantage de cette situation, ce sera un nouveau dynamisme, au moins au début : L’histoire nous l’a appris, à chaque changement de gestionnaire, il y a un sursaut de modernisme pour la ligne. L’inconvénient, pour ceux qui prennent ce train aujourd’hui, est qu’il va falloir serrer les dents (et les fesses, faute de place) jusqu’en 2008…

Gérard Piel a mené la danse de bout en bout, avec un franc-parler des bons jours. C’est oui, c’est non, c’est sûr, l’homme respirait la détermination, aidé par Michèle Peron, la nouvelle Directrice, paraissant très impliquée dans l’avenir de cette ligne. Il en est ressorti quelques vérités, pendant et après la réunion officielle – j’adore les « after » - sur la situation véritable de la ligne. On se serait presque cru sur le site de la Coordination…

LE GRAND CRU 2008
Première nouvelle et de taille, le passage en rive droite du Var (le fleuve), c’est parti ! Le dossier préparatoire est bouclé, l’étude est commandée et il sera créé un Comité de Pilotage dès demain (29 juin). Avec au programme, un pont aller entre Lingostière et La Manda – Si possible après Carrefour, ce serait logique), un pont retour aux environs de Saint-Martin du Var si la ligne n’est pas scindée, la desserte de Carros et de sa zone industrielle… Mais plus étonnant – j’en sais quelque chose pour être l’un des rares à avoir remis le dossier sur le devant de la scène), l’électrification de toute la partie basse ! Tout ceci (je parle de l’étude, n’exagérons pas) devra être bouclé avant la fin de cette année.

La ligne passerait de l'autre côté de ce pont (La Manda)

Pourquoi tant de précipitation ? En fin d’année, les nouveaux « contrats de projets », liant l’Etat et la Région seront mis en place, et les Chemins de fer de Provence ont la ferme intention de capter une partie du pactole, pour une fois ! Alors fini les petits projets, les rails de récupération, les haltes à 50.000 euros, on voit grand ! Budget espéré : entre 50 et 60 millions d’euros, pour la période 2007-2013 (hors acquisition de matériel roulant).


C’est malheureux à dire, mais ma mère me l’a toujours dit, « pour être écouté, il faut voir grand ». La vérité économique, en France, c’est de ne pas vouloir faire d’économies. Les entreprises risquent de se battre pour avoir le contrat, user de leur influence pour que celui-ci aboutisse, les élus locaux voient les emplois à la clé…
Après tout, 50 millions d’euros, c’est la moitié du prix d’un avion de chasse « Rafale »…
Seconde nouvelle, la réfection, que dis-je, la reconstruction totale de la halte de Saint-Sauveur. Là encore, un vent de folie souffle sur le Syma, où devrais-je dire sur la Région. Je ne sais pas si l’article « Saint-Sauveur, le roman-photo » a eu son influence pour que cette halte soit choisie plutôt qu’une autre, mais Michèle Peron est allée sur place, et m’a confié : « La nuit, en tant que femme, je ne me risquerai pas dans le souterrain… ». Le projet n’est pas de refaire le quai avec un abri, comme pour Baus-Roux, mais de faire une halte « modèle », avec un budget trois fois plus important.

Troisième point, un objectif global affiché, à la fois simple et très ambitieux : Un train tous les quarts d’heure (dans l’agglomération niçoise). Cela suppose nombre d’investissements…

SEVERES NEGOCIATIONS
Gérard Piel s’est transformé en requin de la négociation pour certains dossiers. Ca n’a pas été franchement dit, mais ça a été franchement compris : Pour certains dossiers, la CANCA et la ville de Nice, adversaires historiques du développement de ce train au profit d’un tramway, devront plier… et payer. Plier, car ce train appartiendra à la Région dans quelques jours, et dès lors, il ne sera plus possible d’envisager un tramway sur la ligne sans l’assentiment de la Région. Et pour le moment, la Région y est farouchement opposée. Payer, par exemple, pour rénover la halte de Saint-Isidore, ou la rénovation intégrale de la plateforme entre Lingostière et Nice. Parce qu’ici, il y a une histoire de « Grand Stade ».

Halte de Saint-Isidore
La ville de Nice construit un Grand Stade dans la plaine du Var. Celui-ci est prévu pour mi-2007, autant dire que les travaux vont être très soutenus. D’après certaines rumeurs, ils auraient commencé avant l’autorisation… Dans le dossier, la Mairie a prévu le transfert de 1500 personnes (par match) avec le train, grâce à la halte de Saint-Isidore toute proche. Or évidemment, dans l’état actuel de la ligne, il serait assez difficile de transporter 1500 personnes dans des conditions idéales. Donc le Syma, ou la Région, enfin Gérard Piel, a accepté le principe, mais négociera une participation de la mairie pour faire avancer le dossier… et d’autres, dans le périmètre de la CANCA ou plus précisément sur la commune de Nice. Et pourquoi pas, dans le bouquet, récupérer la gare du Sud ? Car dans ce dossier, il y a le problème du stationnement des trains au terminus de Nice. La gare actuelle est trop étriquée (3 quais courts) pour accueillir un (ou des) train(s) d’une telle capacité.

Tiens, à propos de la rénovation des haltes, je n’ai rien entendu sur la rénovation de la gare de la Madeleine, pourtant annoncée par Patrick Allemand sur son blog ?

NON, C’EST NON.
Tranchant radicalement avec l’attitude générale des élus, qui vous tapent généralement amicalement dans le dos, un couteau à la main, en vous approuvant sur tout, Gérard Piel a rejeté à des dates ultérieures certains dossiers pourtant importants. Demandé par les Amis du Rail, le projet de la gare multimodale de Saint-Augustin est définitivement enterré. Demandé par le GIR Maralpin, les associations ne seront jamais invitées aux négociations et études. Au mieux, elles seront informées « en temps réel ». Demandé par tous, les barrières du passage à niveau de Pont-Charles Albert seront revues à une date ultérieure. De même pour la halte, encore que le discours ait été moins tranché. En effet cette halte a été fermé sur une hypocrisie (un passage piéton inexistant), elle pourrait être ouverte par simple bonne volonté du Conseil Général 06 (et un peu de peinture blanche). Demandé par moi-même, la compensation de l’augmentation des tarifs « Dix de cœur » a été également rejetée. « Le Syma n’a pas les moyens ! », m’a rétorqué Gérard Piel. A son argument sur la modicité du prix des cartes, j’ai opposé la baisse du prix des cars dans le département… La discussion a dérivé sur la création d’une carte « Pass » au niveau régional, dans les mêmes tarifs que les cars, qui concernerait également les Chemins de fer de Provence (budget global : 15 millions d’euros).

Pont Charles-Albert

PUTAIN, 2 ANS !
Vous l’aurez compris, tout ceci sera effectif en 2008. Dans l’intervalle, peu de choses, si ce n’est une recherche de matériel d’occasion pour permettre d’attendre dans des conditions pas trop déplorables (voir le point dans l’édito de juillet). On devait s’y attendre, le Syma, en fin de vie, ne va pas s’atteler aujourd’hui à de grands travaux pour les quelques mois qui lui restent à vivre. On parle aujourd’hui au Syma de « gestion minimum ». Tout au plus assurer le quotidien des usagers réguliers pour les deux ans à venir dans les mêmes conditions qu’aujourd’hui, retards en moins si possible…
Prochain rendez-vous des associations avec le Syma en septembre.
William Waechter