Coordination des Clients des Chemins de fer de Provence - "Faire de ce Train la fierté de la Provence !"
A LA UNEPOLITIQUEL'ASSISTANCELES HORAIRESPREMIERE VISITE
VIE QUOTIDIENNECONNAISSANCEENTRE-NOUSLE TOURISMEADHESIONS
EVENEMENTSDOSSIERSLE FORUMPROSPECTIVESDICO-CEPE
MODERNISATIONPARTENAIRESTEMOIGNAGESSTATISTIQUESLA BIBLIOTHEQUE
 Article Création : 08/05/08 /
Politique 
votre commentaire ?par William Waechter
Lectures sur le même sujet :
Compte-Rendu de la réunion Syndicat CGT-CP / Région PACA du 15/04/08 (document intégral 690Ko/PDF)
Document "la fin du plan de modernisation du SYMA" 2007 (image)
Le Contrat de Projets 2007-2013 (article externe - Région PACA)
Le contrat de Projets 2007-2013 (document intégral - 873 ko/PDF)
Budget annexe Chemins de fer de Provence 2008 (document intégral - 65Ko/PDF)

Article : Le roman des diaporamas
Article : Du pire au meilleur ? (30/10/06)
Article : 55 millions... (16/03/07)
Article : Vers le futur ? (11/04/07)
Communiqué pour la Région PACA du 8 Mai 2008


Ou est passée la Région PACA ?
AvantEtude de l'élevage des escargots en Provence Côte d'AzurAprès

On se demande vraiment si la Région PACA s'intéresse à la ligne des Chemins de fer de Provence autrement qu'en périodes électorales...
Cet immobilisme interroge tout le monde, à commencer par le Syndicat des Cheminots de la Provence, très inquiet, qui a demandé à la Région le 15 avril ce qu'il en était.
Forts des réponses de la Région, de la liste des travaux prévus en 2007, et des interrogations légitimes de tout ceux qui se sentent concernés par ce train, nous pouvons faire le point.


LES TRAVAUX DE 2007

LE RENOUVELLEMENT DES RAILS
D'emblée, on atteint des sommets d'aberration dans ce domaine. Ca va donner le ton.
Les rails sont dans un état de vétusté telle que 22 ralentissements sont directement concernés par le mauvais état de la voie, tout au long des 150 kilomètres de la ligne (voir le tableau en fin de page). Or, un seul a été supprimé le 27 octobre 2006. Depuis... Rien.
En 2007, le plan de modernisation prolongé 2000-2006 prévoyait de refaire 8 kilomètres de voies avec des rails de réemploi (en général, de vieux rails PLM du XIXème siècle - oui, il n'y a pas de faute de frappe...), afin d'atteindre 85% des objectifs. Quelle ambition!!!
Las. On attend toujours cette splendide modernisation.
Le 15 avril 2008, la Région indique (sans rire) que ces 8 kilomètres seront lancés "prochainement" pour des travaux terminés en... Avril 2009 (toujours pas de faute de frappe, je vous le jure...). On en sera tout de même à "échéance + 3 ans" pour 8 malheureux kilomètres...
Les représentants du syndicat, qui ont parfois un côté naïf assez touchant, ont demandé si le remplacement des rails se fera par des rails neufs.
Voici la réponse de Bertrand Wolkowitsch (Direction des Transports), accrochez-vous bien : "le matériel de récupération n'est pas imposé dans l'appel d'offres".
En d'autres termes, l'appel d'offres ne porte que sur le prix, et il est fort à parier que l'occasion coûtera moins cher que le neuf au kilomètre. Non?
Le syndicat trouve la réponse déplorable, je pense pour ma part ne pas trouver de mots assez forts pour qualifier l'attitude de la Région sur ce point.

Une autre curosité est l'évolution financière de ces dépenses...
Le 13 octobre 2006, le renouvellement de 8 km de voies et la pose de huit aiguillages (5 à St-Martin, 3 à Lingostière) coûtait 2.1 millions.
Le 15 avril 2008, le renouvellement de 8 km de voies, la pose de trois aiguillages (à Lingostière) et la mise en place de garde-corps coûte 4.5 millions.
Problème: Le prix de l'acier (d'occasion) a-t-il triplé en un an et demi, ou bien les garde-corps sont-ils prévus en or massif incrusté de diamants???

LA REFECTION DES GARES
En 2007, étaient prévues la réfection de la gare de la Madeleine (130.000 euros de l'époque) et la halte de Saint-Sauveur/Carrefour (100.000 anciens euros).
Pour la Madeleine, nous avions entendu parler du goudronnement et de la mise en éclairage du quai 1 (actuellement en terre mal battue), du nettoyage du quai 2 et surtout de l'installation d'abris (genre abri-bus, des trucs qui doivent valoir une fortune sur le marché des cépés...) car l'existant à été réquisitionné et muré pour le block automatique (on en reparle plus bas...).
En 2008, nous avons le plaisir de vous annoncer que la Région trouve la situation inacceptable. Quelle joie de le savoir, quand, depuis deux ans, on se prend la pluie à chaque averse, en attendant le train dans une gare qui n'offre aucune possibilité de se réfugier à l'abri.
130.000 euros budgétisés (donc disponibles) pour l'achat de deux abris-bus (car il ne faut pas espérer mieux), deux ans d'attente, oui, en effet, c'est inacceptable! Mais nous, usagers de troisième classe de la ligne Nice-Digne, on accepte (de moins en moins) l'inacceptable au quotidien depuis 40 ans, et pas seulement à la Madeleine...
Quant à Saint-Sauveur, silence radio... La halte est inadaptée, sale, lugubre, pas éclairée, et surtout dangereuse, mais au moins, au moindre accident, les responsables et coupables seront très vite désignés. 100.000 euros sont déjà prévus... Pour indemniser les victimes?


LE BLOCK AUTOMATIQUE
Elément nécessaire pour faire passer l'exploitation des 24 premiers kilomètres de la ligne du XIXème au XXIème siècle, l'automatisation des croisements sur voie unique était prévue pour (successivement):
- l'été 2006
- Le printemps 2007
- Octobre 2007
- Février 2008
- (mettez ici la date que vous voulez)
En attendant, rendons une fois de plus grâce au professionnalisme inégalé des Cheminots de Provence, qui arrivent à faire circuler 44 trains par jour (22 rotations, 5 jours sur 7) sur 24 kilomètres de voie unique, avec pour seule aide la radio et le téléphone, sans aucun incident. Même les cheminots SNCF ont du mal à le croire.
Finalement, l'automatisation de cette section a-t-elle d'autres destinées que de supprimer des emplois?


LE PLAN 2007-2013

LA RENOVATION DES VOIES ENTRE NICE ET PLAN-DU-VAR
Sur les 24 kilomètres du tronçon "urbain niçois", où sont concentrés 70% des déplacements quotidiens (pas de tourisme ici), le renouvellement de la plate-forme et des voies, en rails lourds et neufs, a été prévue dans le nouveau plan. Et c'est un minimum, sachant que les futurs autorails, de poids normal, seront incapables de se déplacer correctement sur des rails légers, vieux de plus d'un siècle. L'idéal - et la logique - aurait été de renouveler l'intégralité de la voie de Nice à Digne avant l'arrivée des autorails, soit au printemps 2009 (dernières dates connues).
Le syndicat a donc demandé quand les travaux débuteront... et se termineront...
Voici les réponses:
- La collecte des données sur les ouvrages d'art et la voie sera terminée fin mai.
- Une réunion (Syndicat/Région) sera organisée début juin pour "une première réponse sur le diagnostic et pour discuter des méthodes à retenir de ces éléments et pour hiérarchiser les interventions".
- Concernant la fin des travaux, la Région a tout de même l'audace d'ajouter que "la voie ne sera pas refaite avant l'arrivée du matériel neuf et qu'en conséquence, ce matériel roulera à vitesse réduite sur certains tronçons".
Inique ! Incroyable ! Hallucinant !!! La Région admet, en d'autres termes, que l'arrivée du matériel neuf  aura un objectif purement décoratif (mise à part la jouissance pour les officiels de couper le ruban et de paraître dans Nice-Matin...).
Car on sait très bien, depuis le passage éclair du boulet bleu (la rame réversible), ce que signifie du matériel incapable de rouler à vitesse normale sur voie unique: retard assuré pour tous les trains. Alors, que va faire la Région en 2009? Baisser une nouvelle fois la vitesse moyenne de tous les trains? Transformer les autorails neufs en jardinières, le temps que le renouvellement de la voie soit terminé?
Elle est belle, tiens, la modernisation sauce cépés...

LES PASSAGES A NIVEAU SUR LA LIGNE URBAINE
La modernisation et la sécurisation d'une voie ferrée, chez la grande soeur SNCF, passe nécessairement par la suppression des passages à niveau.  On en parle, au moins, là-bas... Par chez nous, nous en sommes loin. Nous réclamons à grands cris, simplement, que les passages à niveaux soient... conformes aux lois; ce qui est loin d'être le cas.
Il existe une réglementation routière comme une réglementation ferroviaire. Or l'une ou l'autre, voire les deux dans certains cas, ne sont pas appliquées.
Donc voici les cas, de Nice à Plan-du-Var (la priorité de la Région étant justement cette section):
- Rue Dabray, rue Gutemberg, rue Cros-de-Capeù (Nice centre): Signalisation avancée routière correcte, mais pas de barrières (feux tricolores), signalisation ferroviaire par feux tricolores (vert, orange, rouge)!
Je n'ai jamais vu, dans une réglementation ferroviaire, l'obligation pour un conducteur de trains de répondre à des feux tricolores... A moins que, pour les cépés, on demande au mécanicien de passer le permis B???
Pour ces trois rues, le minimum (légal) serait une signalisation routière renforcée (feu rouge clignotant, rafraîchissement des panneaux "attention aux trains" et croix de saint-andré qui sentent bon les années '70 - et la rouille qui va avec), et une signalisation ferroviaire pour les trains...
- Carrefour des rues Gambetta, Joseph Garnier, boulevard de Cessole (Nice centre): D'accord, le train déboule d'entre les immeubles et traverse le carrefour en diagonale; mais il était là avant l'urbanisation du quartier, non? Jusqu'en 1976, des barrières et un poste de garde-barrière assuraient la sécurité de tous. Trop cher, sans doute? En 1976, supposant que le train serait bientôt supprimé, ou espérant un accident bien sanglant qui mettrait fin à ce train des pignes d'un autre âge, les autorités pétantes de l'époque ont tout supprimé, préférant, là aussi, des feux tricolores pour tout le monde. En 2008, le système accuse son âge (et son illégalité), les panneaux de présignalisation routière ont été cassés (absents rue Joseph Garnier et rue Gambetta), les croix de saint-andré sont devenues illisibles, les panneaux "attention aux trains" sont tournés vers... Les trottoirs!!!
Les réglementations routière et ferroviaire sont ici tout simplement bafouées, à tel point que c'en devient surréaliste... Et tout le monde se protège derrière une autorisation préfectorale hors d'âge (les réglementations ont évoluées depuis...)
Tout, ici, est à remettre à plat.
En cas d'accident dans le quartier, prenez un bon avocat...
- Pont Charles-Albert (voir dossier "Pont Charles-Albert"): Là encore, un passage à niveau réglementaire est un minimum...

Or, de quoi est-il question en ce moment? De l'automatisation du PN de Colomars la Manda dès la mise en place du "block automatique"... Ce carrefour, très fréquenté, possède déjà un passage à niveau avec barrières, mais commandé manuellement (avec un poste de garde-barrière). La configuration de ce carrefour est tellement complexe qu'un article complet lui sera consacré (dès que nous aurons les éléments suffisants et... un peu de temps).  L'urgence de l'automatisation, en regard des problèmes évoqués ci-dessus, est assez difficilement compréhensible, d'autant que le syndicat a dénoncé le 15 avril les problèmes de sécurité que cette automatisation pourrait entraîner: "Le nouveau système ne permettra plus cette gestion optimale et une fois lancé, le cycle doit obligatoirement aller à son terme c'est-à-dire à l'abaissement complet des barrières sans possibilité d'interruption. De plus, les voies de circulation venant du pont débouchent sur un "cédez le passage" qui contraint les véhicules à stationner sur le PN. Toutes les conditions sont réunies pour  que l'automatisation du PN débouche sur une alarmante détérioration de la sécurité".
En fait, il est possible de comprendre cette "urgence" si on lit cette ligne du compte-rendu du syndicat: "Nous allons tout faire pour que la mise en place du block automatique n'ait pas comme retombée la suppression des 4 postes de Colomars". Effectivement, puisqu'il s'agit de supprimer quatre emplois, on comprend mieux la précipitation des uns et des autres...

EN VRAC

SECURISATION DU PASSAGE A NIVEAU DE TOUET...
... desservant l'école communale. La Région, consciente des problèmes de sécurité, propose d'automatiser ce PN dans le cadre du second plan de modernisation. Après 2013, donc.

LA BLANQUERIE
L'un des serpents de fer de la ligne. Effondrement historique qui affecte la voie depuis des lustres, fragilisée encore plus depuis les inondations de 1994, ce sujet revient régulièrement dans l'actualité. Comme annoncée dans notre blog le 2 avril 2007, une solution conjointe est envisagée / étudiée avec le Conseil Général 06. Rien de neuf sous le soleil depuis un an...

PONT DU GRALET
Ce petit pont métallique rouille et menace de s'effondrer. Un ralentissement à 10km/h frappe cette zone. Des travaux  pour le remplacement du pont ont été annoncés en 2006 (compte-rendu du Comité de ligne du 13 octobre), un sondage pressiométrique à été effectué en avril 2007, le maître d'oeuvre a été choisi récemment, le début des travaux ne "devrait pas tarder"... Quelle rapidité!!!
En attendant, le budget estimatif pour le remplacement du pont est passé de 40.000 euros (en 2006) à 90.000 euros (avril 2008). Je comprends mieux pourquoi l'ouverture des fenêtres des trains est limitée à 20 centimètres: C'est pour éviter de trop jeter d'argent par les fenêtres...


MODIFICATIONS DES HORAIRES DES TRAINS
Nous apprenons, médusés, que les changements d'horaires ne peuvent dorénavant avoir lieu qu'en décembre... Ah bon? C'est la volonté de Dieu???

BONNE NOUVELLE
Voici la seule bonne nouvelle que j'ai trouvée dans cette réunion Région/Syndicat du 15 avril: le bon de commande des portes de la gare de Thorame-haute a été signé. Merveilleux, non?





FAUT-IL JETER LE BEBE AVEC L'EAU DU BAIN ?

Ou sont passés les 4.6 millions restant du précédent plan ?
Quand seront enfin réalisés les travaux correspondant aux 55 millions du plan actuel ?
Ce qui est certain, c'est que cette ligne ne coûte pas cher aux contribuables. Face aux investissements "Etat-Région" pour les seules lignes du tandem RFF/SNCF (260 millions en 2007 pour la seule Région), face aux investissements pharaoniques du département 06 pour la modernisation des routes (1.080 millions - on se demande s'ils ont compris le principe du "grenelle de l'environnement" dans ce département?), face à la commune de Nice et son tramway à 370 millions, les Chemins de fer de Provence font figure de parent pauvre... Comme d'habitude.

Mais soyons fatalistes (c'est la mode). Pourquoi l'Etat donnerait-il un centime pour une ligne d'un autre âge, à voie métrique (bah! Quelle horreur!!!), dont il soupçonne à peine l'existence (voir ce courrier) que 99.9% de la population considère comme une pittoresque ligne touristique? Donc il ne donne rien. Pas un euro. Nada.
Pourquoi la Région irait-elle investir plus que le minimum syndical dans une ligne qui a la stupide idée de relier la Côte d'Azur aux Alpes de Haute-Provence en évitant soigneusement sa capitale (Marseille, pour ceux qui ont du mal à suivre...), donc son principal fonds de commerce? Donc elle donne 2.9 millions par an (20 millions sur 7 ans).
Pourquoi le Conseil Général des Alpes-Maritimes ferait un effort particulier alors qu'il se délecte des démêlés ferroviaires entre la Région et la SNCF, en précisant bien à qui veut l'entendre que tout ce qui concerne le rail est à renvoyer à son ennemi politique? Même dans les cours de maternelles, on a vu plus intelligent...

Pourquoi se bougeraient-ils enfin pour sauver ce train (ses passagers, ses cheminots) de la misère dans laquelle il survit tant bien que mal?
Pourquoi ? je vais vous le dire ! (à lire avec l'accent de qui-vous-savez):

La Région s'empêtre actuellement avec ses problèmes SNCF qui nous coûtent relativement cher. Il lui suffit d'avoir un éclair de lucidité et de se tourner vers une ligne non-SNCF qui ne demande qu'à mieux fonctionner avec les crédits nécessaires. Succès garanti. Nous suggérons donc à la Région qu'elle bascule les pénalités infligées à la SNCF pour non-respect des contrats vers la modernisation des Chemins de fer de Provence (voir ce courrier). Chez nous, les problèmes viennent uniquement des sous-investissements à répétition... Et les trains roulent pourtant, grâce à une ténacité exemplaire des cheminots, ces "Mc Guyver du rail".

A nous de secouer le bananier régional pour qu'il se réveille enfin.


Sinon, évidemment, en attendant, au quotidien... Rien ne change !

votre commentaire ?

RALENTISSEMENTS ANORMAUX CONNUS A CE JOUR
entre Plan-du-Var et Digne

SectionKm/hPoint kilométrique (Nice = 0; Digne = 150)
DébutFin
Entre Plan-du-Var et Villars-sur-Var5040.540.7
Entre Villars-sur-Var et Puget-Théniers5049.749.9
Entre Annot et Thorame-Haute4078.478.6
4081.481.6
3083.083.1
3584.184.3
Entre Thorame-Haute et Barrême35109.5109.7
6109.9110.0
40117.5117.7
Entre Barrême et Mezel20123.9124.0
40126.7126.8
4131.0131.2
Entre Mezel et Digne35141.8142.0
50144.0144.2
50144.4144.6
40146.2146.3