Coordination des Clients des Chemins de fer de Provence - "Faire de ce Train la fierté de la Provence !"
A LA UNEPOLITIQUEL'ASSISTANCELES HORAIRESPREMIERE VISITE
VIE QUOTIDIENNECONNAISSANCEENTRE-NOUSLE TOURISMEADHESIONS
EVENEMENTSDOSSIERSLE FORUMPROSPECTIVESDICO-CEPE
MODERNISATIONPARTENAIRESTEMOIGNAGESSTATISTIQUESLA BIBLIOTHEQUE
 Edito Juin 2005 Création : 09/06/05 /
Vie quotidienne 


Faut-il réquisitionner les locomotives à vapeur ? 

(chronique d’une catastrophe annoncée)

 

Nous sommes à présent en juin, et la situation du parc d’autorails sur la ligne des Chemins de fer de Provence n’a jamais été aussi préoccupante. Sur sept autorails (6 de 50 places des années 70 et un de 103 places de 1984) ayant totalisé pour la plupart plus de 3.000.000 de kilomètres, l’un a brûlé en mai – il est actuellement en réparation – et les six autres tombent en panne de plus en plus régulièrement, de plus en plus fréquemment. Le 9 juin 2005 fait partie des journées noires : Un autorail en panne dès le matin, une navette supprimée (07h33 au départ de Nice), puis l’enchaînement inévitable de retards (jusqu’à 40 minutes pour une navette urbaine dont le parcours total se fait en 23 minutes !!) sur la dernière voie unique régionale privée française. En plein milieu d’après-midi, la rame double se retrouve elle aussi en panne à Moriez (à 109 km de Nice et à 40 km de Digne). Où est l’autorail de secours à Digne ? Il n’y en a plus depuis longtemps. Va-t-on – encore – dépêcher un autocar ? Combien de trains vont être supprimés ce soir ???

 

Ce n’est pas faute d’avertir les décideurs. A chaque Comité de ligne (le dernier ce mois ci), les usagers, les associations interpellent les responsables pour les avertir de la situation d’urgence et du manque d’autorails sur notre ligne. Combien d’autocars va-t-il falloir avant qu’une solution, même provisoire, soit trouvée ? On approche des 500.000 voyageurs par an (deux fois plus qu’il y a 10 ans), il y a 40 rotations de trains par jour sur cette ligne de 150 km de long, et il ne reste de 6, 5, voire 4 autorails en circulation. La CFTA a aménagé en train de « secours » une loco des années 50 tractant des voitures de 1903 (refaites en 1950) qui sont dans un état pitoyable. La prochaine étape sera-t-elle la réquisition des locomotives à vapeur du GECP ? Le vélorail ???

 

Utilisateur quotidien de cette ligne, j’en ai marre d’avertir des décideurs qui, à défaut d’écouter, entendent bien mais ne trouvent pas de solution. Il n’y aurait donc aucune compagnie capable de louer des autorails à voie métrique aux CP, en Europe ? Marre que la « Compagnie CFTA» joue trop avec la sympathie qu’ont les utilisateurs pour ce train, sachant bien qu’ils sont, depuis toujours, les laissés-pour-compte des lignes de chemins de fer en France : Ce n’est pas la SNCF ici, c’est le train du tiers-monde aux portes de Nice. Marre enfin de voir un personnel dévoué, passionné, ne rien oser dire parce que « la menace d’une fermeture a toujours pesé sur cette ligne ».

 

L’été 2005 est fichu. Des voyageurs resteront sur les quais. Des réservations de groupes seront annulées. Des trains seront supprimés.   Les beaux horaires « mieux adaptés aux salariés » que le SYMA aimerait voir appliquer en septembre et que la CCCP, les Amis du Rail et quelques amis cheminots anonymes ont concocté pour vous sont déjà compromis. Parce que le « nouveau » SYMA ne peut pas gommer en quelques mois 30 ans d’errance passée. Mais en a-t-il vraiment la volonté ? Parce que le « nouvel » exploitant, la CFTA, ne peut corriger les erreurs de l’ancien exploitant, la CFTA…

 

Je demande donc très officiellement de l’aide. Au SYMA d’abord en exploitant toutes les pistes de location de matériel à nouveau et en décrétant la situation d’urgence, car nous ne pourrons attendre deux ans ainsi, à la CFTA en faisant de même, au personnel en gardant courage, aux utilisateurs de ce train en adhérant aux Associations militantes et en commençant par voter sur le site de la CCCP – notre crédibilité en dépend, et à tous les amateurs de chemin de fer en s’intéressant d’un peu plus près aux Chemins de fer de Provence, qui sont en train d’étouffer.

 

Merci à toutes les âmes de bonne volonté.

 

William Waechter, pour la CCCP, le 9 juin 2005 à 17h00.